Chester Bennington s’est pendu…

T’en a peut-être rien à faire, son nom ne t’évoque peut-être rien si je le détache du groupe dont il faisait partie : Linkin park.

Tu te demande pourquoi un article où je parle de ça? Parce que c’est une perche que je prends pour te parler d’un sujet important le SUICIDE.

Et j’en ai rien à faire que tu penses que je sois bien ou mal placée pour en parler car personne ne devrait se taire quand il veut parler de quelque chose.

Je ne sais pas où je vais avec cet article, il sera sans doute brouillon, non structuré, sans début ni fin, peut-être même douteux ou incompréhensible, mais j’ai envie de t’écrire avec mon cœur et non avec ma tête. Et s’il était sans sens? Et ben c’est qu’il touchera peut-être une étoile qui n’en avait plus.

Je n’éprouve pas de colère quand j’entends le mot suicide, je n’éprouve qu’une tristesse sans nom. Celle qui ne t’assourdit pas que les oreilles mais également ton âme, si tant est qu’on en ait une.
Je suis un être avec et sans spiritualité, avec ou sans but dans la vie, avec ou sans énergie de vie, avec ou sans soif d’apprendre, avec ou sans confiance, avec ou sans amour de soi, avec ou sans vie.
Je suis là et pas là, je suis joie et tristesse, je suis femme et homme, je suis amour et haine, je suis saine et malade, je suis moi et toi, je suis Humain.

Et si j’ai envie d’en pleurer c’est parce que je conceptualise avec mes émotions l’état de perte de sens et de douleur dans lequel la personne doit se noyer pour passer à l’acte.
Mais je ne serai jamais l’autre, je ne peux qu’être moi.

Mais soyons ce TU, t’y mets qui tu veux derrière : toi, moi, l’autre, personne. 

Est-ce que tu as déjà ressenti en toi, caressé du bout des doigts, ce que c’est de perdre l’entièreté du sens de l’ensemble de ta vie?
Est-ce que tu as déjà vécu en toi la douleur que ta respiration provoque sur ton cœur? Le sentiment que c’est tellement lourd d’exister?
Est-ce que tu as déjà eu envie de t’exploser la tête contre un mur, de sauter d’une fenêtre tellement haute, d’annihiler la vie en toi pour que ça cesse?
Est-ce que tu as déjà pleuré tellement que tu avais la sensation que tu ne t’arrêterais jamais?
Est-ce que tu as déjà senti le feu de la vie s’éteindre d’un coup comme une implosion? Ou bien à petit feu?

As-tu déjà pensé au suicide?
As-tu déjà porté des actes allant de ce sens?
As-tu déjà essayé?

Je te parle et je ne te parle pas à la fois, tu fais ce que tu veux de ces questions, tu planche en toi pour y trouver des réponses, tu les ignore, c’est pas mon histoire c’est la tienne.

Parfois tu peux passer de très longs moments avec un masque et il n’est pas question d’hydratation ou du maquillage, nan. Je te parle de celui qui te permets de donner l’impression aux autres que tu vis quand tu meurs. Je suis sûre que tu vois celui dont je te parle. Celui qui dégueule de la joie alors que t’es entrain de vomir sur ta propre existence…
Si t’es vite bousculé désolé mais ici tu baigne dans mes émotions et n’importe quand tu peux décider de fermer cette page.

Parlons donc de ce vomi, c’est lui qui me fait devenir être de colère et de haine. Sur personne mais sur le principe. Pourquoi nous faisons ça?
Pourquoi est-ce si putain de dur que d’exister par moment? Pourquoi est-ce ci putain de difficile que d’être soi et de s’accueillir. Qui nous a donné cet handicap? et c’est là que je suis le plus en colère, c’est que c’est NOUS MEME. Alors oui je suis énervée et alors?! J’aimerais avoir une baguette magique pour nous aider, pour t’aider, pour m’aider à ouvrir notre vision à du 360 au propre comme au figuré, faire naître en nous cette lueur de vie.

POURQUOI tu crois que t’es pas assez fort pour dépasser cet événement? POURQUOI tu crois que cette chose doit te marquer à vie? POURQUOI tu penses que c’est mal d’être différent? POURQUOI tu dors sur des principes à la con qui n’ont pas de sens pour toi? POURQUOI t’encrasse ton existence à te juger? POURQUOI parler c’est si compliqué ? POURQUOI vivre avec soi même c’est lourd parfois? POURQUOI…. POURQUOI….

Si tu boss pas en temps plein tu peux pas te plaindre de fatigue! Pourquoi?
Si quelqu’un est mort que tu connaissais tu dois pleurer et être triste! Pourquoi?
Si tu as été violé tu dois en porter la souffrance toute ta vie! Pourquoi?
Si tu as une famille, des amis, une maison et un job tu peux pas être malheureux! Pourquoi?
….

Dans cette société où comment tu dois ressentir ce que tu vis t’es dicté c’est compliqué.
Mais y a pas des moment où tu te dis : « euhh c’est vraiment ce que je ressens où c’est ce que je dois ressentir? » ? …

En fait ton bien-être personnel ne dépend pas de ce que t’y t’entoure… Mais de toi même.
OUI tu peux ressentir cette envie de mort profonde malgré tout ce qui t’entoure et que d’autres ne comprendraient pas.
OUI parfois tu veux mourir quand plein de gens t’aime.
OUI il se peut que tu penses au suicide alors que d’extérieur ton masque est la perfection incarnée et ta vie en fait rêvé plus d’un.

MAIS BORDEL OUI ! Et c’est pas facile de regarder les choses avec un autre œil, de percevoir comme tu le souhaiterais ta propre existence, de trouver du sens à quelque chose où tu n’en vois pas. C’est souvent facile à dire ça oui, mais c’est se reformater au complet dont nous avons parfois besoin. Et tu connais quelqu’un qui détient la recette? Moi non plus, nous sommes tous différents et en fonction de notre chemin de vie, de notre personnalité, de notre stade évolutif interne, tout n’est pas possible de la même façon, nous n’avons pas les mêmes marches de manœuvre..

On dit que l’adolescence c’est difficile, l’âge adulte l’est aussi! Il est vrai que quand t’es ado tu as du mal de te projeter sur du long terme tandis que le présent, le futur proche paraissent parfois tellement lourds et interminables… mais quand tu es adulte tu as l’impression parfois que tu n’en sortira pas non plus, tout simplement car tu ne peux même pas te reposer sur la phrase bateau du « c’est normal c’est une étape difficile de passer de l’enfance à l’âge adulte ». Et quand tu y es c’est normal que c’est toujours dégueulasse ou comment ça se passe?

Est-ce que tu tiens à la vie? C’est, à mon sens, une question de merde! Car pour tenir à la vie comme tu dis il faut y trouver du sens, se faire confiance. Parfois t’as juste pas ça, alors t’aurais envie de dire « NON mais j’aimerais arriver à vivre, à trouver la porte de sortie, à m’alléger de ces souffrances pour pouvoir l’apprécier. », ça c’est l’espoir. Et c’est l’espoir qui peut faire tenir des mois, des années.

L’espoir. Pour certain l’espoir c’est la drogue, c’est l’alcool, c’est la télévision, ce sont les amis,… On prend, snif, vit avec notre espoir en espérant que ça passe.
Tu as envie de le rencontrer mais tu ne l’as jamais vu. Tu te demande où il se cache? EN TOI.
Alors putain cette responsabilité elle pue tu trouve pas? Elle a une bonne odeur de merde pesante? Oui car vu que c’est toi et que tu ne te fais pas confiance, que tu n’arrives pas à gérer ce que tu vis, que tu es incapable d’assimiler certaines choses et qu’elles te restent autant sur l’estomac que sur la consciences, te voilà bien encore plus enfoncé quand tu réalise que toi seul est ton espoir.
La corde sur notre poutre, l’espoir se balance… n’ai pas peur, tourne toi vers toi-même, t’es toujours là, c’est donc que tu as tenu, survécu. C’est donc que tu peux le faire.
Parfois tu arrives à te dire ça mais parfois non, et c’est là que tu décides de mettre un point final à ton existence.

T’aimerait être la main géante sur le fleuve, qui veille? Celle qui enveloppe d’amour ces êtres de douleurs qui se noient dans l’océan du non sens?
T’aimerais pas être la bouche géante qui effleure leurs poitrines d’un souffle chaud pour leur insuffler à nouveau l’espoir, la sensation de vie, cette chaleur qui part du cœur et se répand dans tout ton être.

Désolé mais tu ne le pourras jamais, jamais de toute ta vie! Tu ne pourras jamais faire cela et ça aussi ça te fait mal.
Mais tu peux être une main que tu prendras toi-même, tu peux être ta propre bouche. Ferme tes yeux, imagine une boule de lumière au niveau de ton cœur, ressens cette chaleur et fait le circuler dans tes veines. Une fois que c’est fait tu peux irradier autour de toi, sache que c’est déjà merveilleux, tu contamineras les réceptifs.

Tu ne peux sauver personne, tu ne peux que te sauver et c’est déjà dur à chier.
Alors tu t’entraîne à t’écouter, à te percevoir, à te ressentir, à te comprendre, à te voir d’un œil nouveau. Tu arrêtes de te battre contre toi même, tu cesses de renier ce que tu ressens et tu écoute.
QU EST CE QUE TU TE RACONTE A TOI MÊME? Le jour où tu ne fais plus l’autruche, c’est dur mais c’est un début vers un mieux être.
Avec bienveillance tu sais ce que c’est? C’est une excellente manière de se regarder, de s’aimer soi et les autres.

Tu as plusieurs façon de t’adapter à ton propre vécu.
Regarde notre « Ami » Hitler…
Après sa vie de merde (oui car en terme de chiasse il en a pris pour sa personne n’en doute pas), il est arrivé à un stade dans sa vie où il y avait plusieurs options : s’adapter positivement à toute cette souffrance, qui était une option particulièrement DIFFICILE, et qui n’était peut-être pas accessible (en terme de capacités internes) pour lui à ce moment là.
La deuxième option était de se laisser noyer par tout ça et de se donner la mort.
La troisième, celle qu’il a « choisit », refouler un maximum et dégueuler sa souffrance d’une manière dévastatrice en y donnant un sens.
Alors je schématise grossièrement, il pourrait y en avoir d’autres, c’est pas un cours ici, j’espère que tu as bien ça en tête!
Et qu’est-ce qu’il a fini par faire quand la seule chose qui avait du sens s’est écroulée? ….

Tu comprends? Je ne parle pas de tolérance mais de compréhension, it’s not the same!

Oui, tu n’arrive pas toujours à t’adapter, à aller de l’avant, à regarder une fleure pousser et à t’en émerveiller. T’arrive même pas toujours à ressentir vraiment quelque chose car tu n’avais que l’option « éteindre tout » à ta portée ou encore « détruire tout » et « te détruire ».

Prendre le temps d’aimer ceux qui t’entourent c’est important et prendre du temps pour t’aimer toi ça l’est tout autant.
Tu te nois parfois dans la perte de sens complet mais si c’était un des sens possible? Celui d’en chercher et d’en donner par toi même, même quand il fait si noir que tu fais presque corps avec la mort. Et si cette douleur atroce que tu ressens à chaque battement de cil avait un sens? Mais si elle n’en avait pas?…

Je ne parle pas de moi, je ne parle pas de toi, mais en fait si.

Je ne sais pas ce qu’est cette article, toi non plus. Mais peut-être avons nous eu une connexion, une connivence : moi dans l’écriture, toi dans la lecture. Et ce sont ces connexions qui donnent du sens à cet article.


Alors j’écoute de la musique, alors je chante, car d’une certain façon c’est une des plus belles choses que l’être humain créé.

Et c’est ici, Chester, que tu entre en jeu! Durant mon adolescence tu as pu crier ce que je n’arrivais pas à dire, tu venais chatouiller mon âme.
Et même si plein d’autres personnes ne sont pas sensibles à ce genre de musique, moi je l’étais.

Tu évacuais ma colère, je dirais même plus, ma haine! Tu extériorisais ma tristesse, mes détresses, mes tourments.
D’une certaine façon tu m’as beaucoup aidé sans le savoir.
Et puis, avec les années le style musical a évolué mais tu as continué à me parler sur certaines chansons.
Car j’ai la sensation que d’une certaine façon nous avons grandi ensemble.
RIP.

Tu t’es battu contre tes démons comme tu disais, tu as tenu le coup comme tu chantais encore en ce début Juillet.
Merci d’avoir éclairé ma vie, purgé mes peines, bercé mes difficultés dans le creux de ta superbe voix.

En l’honneur de ce chanteur qui a fait bien plus que traversé mon adolescence, voici quelques uns des titres que j’ai envie de te partager. 

Linkin park – « Papercut » (Hybrid Theory 2000)

Linkin Park – « In the end » (Hybrid Theory 2000)

Linkin Park – « Crawling » (Hybrid Theory 2000)

Linkin Park – « Numb »  (Meteora 2003)

Linkin Park – « From the inside » (Meteora 2003)

Dead By Sunrise – « Let Down » (Out of Ashes 2009)

Linkin Park – « What I’ve done » (Minutes to Midnight 2007)

Linkin Park- « Leave Out All the Rest » (Minutes to Midnight 2007)

Linkin Park – « Heavy » (One more light 2017)

Linkin Park – « One more light » (One more light 2017)

Je m’en suis tenue à 10 si non je ne m’arrêtais pas. Plusieurs albums ne sont pas représentés ici car ce ne sont pas ceux là qui m’ont le plus fait vibrer et pour prendre uniquement 10 chansons c’est galère 😀

PSSSSSST je ne voulais pas relire par peur de ne pas poster cet article en le lisant avec mon intellec haha. Du coup désolé s’il y a des fautes, des phrases bizarres ou autre.

Rendez-vous sur Hellocoton !

FOLLOW, LIKE et PARTAGE si tu kiffes!
La corde sur notre poutre
Tagged on:             

2 thoughts on “La corde sur notre poutre

  • 30 juillet 2017 at 8 h 23 min
    Permalink

    Superbe article! Sur un thème vraiment pas facile en plus…
    Tes mots tombent justes et tu arrives à faire passer ton ressenti à merveille.
    Je ne connaissais pas ce groupe, enfin si de non mais je n’ai jamais vraiment écouté leurs chansons.
    Je ne connaissais pas non plus ce chanteur son nom ne m’évoque rien.
    Néanmoins la façon dont tu en parle la façon dont tu expliques qu’il t’a touché durant ton adolescence me touche. Que quelqu’un ai un tel impact sur autrui est quelque chose de magnifique.
    Comme toi je trouve cela triste que des gens en arrive à une telle finalité…
    En tout cas ton article est extrêmement bien écrit, tes mots sont justes et trouvent moi un certain écho. Je l’ai lu d’une traite! Ils montrent que tu as un cœur gros comme ça ❤️
    gros bisous ma belle

    Reply
    • 30 juillet 2017 at 9 h 05 min
      Permalink

      Je suis très heureuse de lire que mon article t’ai touché. En l’écrivant je ne m’attendais pas vraiment à un retour, me disant que c’était peut-être trop loin de là où les gens m’attendent (malgré le fait que j’ai toujours précisé ne pas être uniquement porté sur la beauté). Alors si une seule personne y fut sensible, j’ai tout gagné <3
      Partager avec vous, même ceux qui n'écrivent pas, et partager avec toi Sophie, c'est toujours un pur bonheur.
      Je tenais à te dire que ton message me touche énormément, que tu trouves mes mots justes et qu'ils fassent écho en toi me confortent dans l'idée d'écrire davantage d'articles similaires, plus profonds et réflexifs.
      Des gros bisoussssss à toi, qui est toujours là !

      Reply

Si tu as envie de partager tes avis, tes questions, n'hésite pas! :D